Adonis

Adonis
Adonis

Ali Ahmad Saïd Esber

L'oeuvre écrit-elle l'homme ou l'homme l'oeuvre ? La question peut déjà se poser à propos d'Adonis, qui de son vivant est devenu légende. Il est des poètes dont la vie et les écrits sont en quelque sorte consubstantiels, à la différence d'autres où c'est bien l'inverse (Pindare, Byron ou Rimbaud, face à Mallarmé, Eliot ou Pessoa,...). Adonis est des premiers: le récit de ses "enfances" est déjà nimbé de l'aura de la légende dorée. La naissance campagnarde, même agreste, à Quassabine, dans la montagne de la Syrie du Nord, l'initiation paternelle à la langue du Coran et à la culture arabe classique, les veillées où, encore enfant, il récitait par coeur de nombreux poèmes, la révélation précoce de ses talents devant le Président de la République, l'éducation lycéenne prise en charge aux frais de l'Etat, la stupéfaction provoquée par l'arrivée du jeune homme encore en mise rustique (tel un nouveau Rimbaud) dans la rédaction du journal auquel il avait adressé ses poèmes, le choix très tôt d'un nom de plume prédestiné mais blasphématoire pour sa culture d'origine, tout cela, avec de légères variantes, se retrouve dans les versions de sa vie déjà largement en circulation. Il suffit sans doute d'ajouter les mois de prison pour opinions politiques pendant son service militaire, l'installation au Liban dans les années '60, espace rare de liberté à l'époque où il fonde groupes et revues, les carrières littéraire et universitaire désormais menées de front, la publication de nombreux recueils, traductions et anthologies qui ont fait date, de livres théoriques et de manifestes où il développe des thèses littéraires, culturelles et sociales radicales, sa présence courageuse à Beyrouth à l'heure des bombardements, son refus de s'aligner sur un pouvoir ou une idéologie dominante, de se mettre au service d'un régime quelconque du monde arabe, son exil occidental, sa vie désormais "déterritorialisée", "d'étranger professionnel" représentant plus officieux qu'officiel de la modernité poétique arabe, et l'on obtient une figure paradigmatique, une allégorie vivante, presque idéale, du rôle et de la fonction du poète dans le monde contemporain. Cette figure exemplaire est pourtant bien la sienne propre, et lorsque le mythe semble parfois en venir à recouvrir l'histoire, ce n'est que pour mieux mettre en lumière l'essentielle vérité, qui n'est pas seulement celle d'un homme particulier (Ali Ahmad Saïd Esber, né le 1er janvier 1930 à Quassabine, Syrie) mais surtout celle du poète Adonis, c'est-à-dire du poète par excellence, avatar d'une longue lignée et en même temps "creuset initial". Une telle convergence entre homme et oeuvre, figure et fonction, mythe et histoire est suffisamment rare pour mériter d'être saluée.

Bibliographie

Le premier recueil d'Adonis, intitulé la Terre a dit est publié en arabe en 1954. Il est suivi en 1957 de Feuilles dans le vent. L'oeuvre complète est écrite en langue arabe et publiée en majeure partie à Beyrouth chez des éditeurs libanais (Dar al-Awdah et Dar al-Adab notamment), mais une partie est disponible en français, traduite essentiellement par Anne Wade-Minkowski (parfois par Jacques Berque, Serge Sautreau ou André Velter entre autres). Ses premiers recueils intégraux en français furent publiés dans les années 1980 aux éditions Sindbad, dont le fonds a été repris et réédité ensuite par Actes Sud. On trouve plusieurs recueils importants au Mercure de France et plusieurs choix de poèmes réunis par André Velter dans la collection de poche Poésie chez Gallimard. De nombreux textes d'Adonis sont également publiés chez divers éditeurs pour des livres d'art, des anthologies de poésie ou des numéros spéciaux de revues. Le dernier titre paru est Histoire qui se déchire sur le corps d'une femme (Mercure de France, janvier 2008). Adonis est aussi traducteur entre autres, du français vers l'arabe de Saint-John Perse, Yves Bonnefoy, Georges Schehadé, et de l'arabe vers le français des poèmes d'Abu-al Ala al-Maari (Rêts d'éternité Fayard, 1998).

Détours d'écriture,
15 janvier 1992

détours d'écriture

 

À propos      
Copyright © La République des Lettres, Paris, samedi 11 juillet 2020.
Facebook   Twitter   RSS