Brève histoire du tango argentin

De 1870 à aujourd'hui

Brève histoire du tango argentin
Histoire du tango

Danse, musique et poésie, le tango argentin plonge ses racines dans les quartiers populaires du Rio de la Plata où de nombreuses cultures du monde entier ont fusionné pendant le dernier tiers du XIXe siècle. Avant son universalisation et son inscription par l'Unesco au "patrimoine culturel immatériel de l'humanité", son chemin a connu plusieurs étapes de croissances, de transitions et de dépressions au gré des évolutions artistiques et des convulsions du monde. Cet article retrace brièvement son histoire, depuis les origines vers 1870 jusqu'à aujourd'hui, en passant par les principales stations que sont la Guardia vieja (1900-1920), la Guardia nueva (l'âge d'or 1920-1950), le déclin-modernisation (1950-1980) et la renaissance contemporaine (1980-2020). Une playlist de cent tangos est jointe en fin d'article. — Noël Blandin.

I — Les origines, 1870-1910.

Le tango naît sur les rives marécageuses du Rio de la Plata, dans les faubourgs de Buenos Aires (Argentine) et de Montevideo (Uruguay), pendant le dernier tiers du XIXe siècle. L'étymologie du mot reste aujourd'hui encore incertaine, les historiens proposant diverses origines sud-américaines, européennes ou africaines. Le terme local tambó ou tangó désigne déjà à l'époque en langue quechua, en espagnol andalou, en portugais et en dialecte africain, des musiques, des danses, des tambours de carnaval et des lieux de danse.

L'Argentine, indépendante depuis 1810, a libéré ses esclaves noirs et unifié ses provinces. Après une période de guerres civiles, elle prend pour capitale Buenos Aires, fondée par les Espagnols en 1580, et se dote d'une Constitution fédérale. Dès 1870, elle fait appel à l'immigration européenne pour assurer son développement économique. En trois décennies, Buenos Aires, qui compte tout au plus 250.000 habitants en 1870, voit débarquer dans son port près d'un million et demi d'immigrants, surtout italiens et espagnols, mais aussi allemands, français, anglais, polonais, russes, etc. Sur l'autre rive de l'estuaire, Montevideo passe pour sa part de 100.000 à 300.000 habitants.

Tous ces immigrants rêvent de faire fortune sur les terres du nouveau monde mais beaucoup d'entre eux vont bientôt perdre leurs illusions. Ils s'entassent à la périphérie sud de la ville dans d'immenses taudis, appelés conventillos (maisons communes de logements ouvriers, Buenos Aires en comptera environ 2500 vers 1900), où ils se mêlent à une population locale miséreuse venue des provinces argentines. Cette population locale est composée essentiellement de deux communautés: celle des anciens peones (ouvriers tâcherons) et gauchos (gardiens de bétail) qui ont quitté la pampa (plaine), descendants des populations indigènes d'origine amérindienne ou issues des anciens colonisateurs espagnols, et celles des noirs, mulâtres et créoles descendants eux des anciens esclaves importés le siècle précédent d'Afrique noire vers les Antilles, les Caraïbes et toute une partie du continent latino-américain.

Dans les faubourgs qui se peuplent à vue d'oeil, au coin des rues ou dans les patios des conventillos, s'improvisent alors des bailetins (petits bals en plein air) avec quelques instruments de musique — flûte, guitare, parfois mandoline ou violon,... — et des rythmes, mélodies et pas de danse du monde entier.

Conventillo

Cour d'un conventillo argentin à la fin du XIXe siècle.

1870-1880

Le continent sud-américain apporte de nombreuses danses et musiques. D'Argentine, viennent les danses rurales d'origine flamencas ou picaresques comme la zamba, la chacarera, le Gato et le Malambo, ainsi que les chants des payadores. Les payadores sont des "troubadours" gauchos qui parcourent la pampa pour garder les troupeaux mais se retrouvent dans les villes pour participer à des payadas, c'est-à-dire des récitals de chants improvisés, inspirés à l'origine par la tradition poétique du romancero espagnol. Accompagnés à la guitare, leurs chants nostalgiques parlent souvent de la vie et de la mort, de l'amour, de la solitude ou du temps qui passe. Leurs payadas de contrapunto sont des chants improvisés sous forme de joute entre deux payadores. Du Brésil, vient la macumba, issue des anciens cultes afro-brésiliens, et la maxixe (plus tard surnommée le "tango brésilien"), adaptée de la polka. De Cuba, où la société coloniale est friande de bals, vient la habanera hispano-cubaine ou Contradanza criolla, dérivée des contredanse française et contradanza espagnole, connues sur place depuis le milieu du XVIIIe siècle. Déjà en partie créolisée après l'arrivée des Français ayant fui la révolution haïtienne de 1790, elle a été largement répandue dans toute la région par les marins espagnols et antillais. Très populaire dans les années 1850, la habanera est toutefois supplantée dans les années 1870 par une danse de couple plus lascive, le danzón.

Du continent africain, et plus particulièrement de l'Afrique bantoue, vient le candombé, rythmé par le son des tambours des descendants d'esclaves regroupés dans certains quartiers des rives du Rio de la Plata appelés orillas. Cette importante communauté noire, qui compte environ un habitant sur trois en Argentine vers 1800-1850, désigne sous le terme de "tangó" ses carnavals candombé avec tambours. En 1852, après la défaite du gouverneur Juan Manuel de Rosas qui la soutenait, la communauté noire voit son Carnaval et autres rassemblements festifs interdits, ce qui l'incite à développer une nouvelle forme de danse, toujours proche du candombé, mais déjà annonciatrice de la future milonga.

Du continent européen, de nombreuses danses et musiques, aristocratiques ou populaires, influencent le tango naissant. Mentionnons entre autres les anciennes volte, quadrille des lanciers et contredanse françaises (voir le Tango de Markowski), la tarantelle italienne, la polka et la mazurka polonaises, la scottish anglaise, le tango andalou (flamenco gitan), la contradanza, la sardane, le fandango, la zarzuela, le paso doble et la moresca (d'origine arabe) espagnols, les danses traditionnelles tziganes et yiddish comme le klezmer, et la valse viennoise allemande. À noter que de toutes ces influences européennes, le tango andalou est parmi les plus connus. Le 22 octobre 1856, une comédie musicale de ce style, inspirée par la culture gaucho, El gaucho en Buenos Aires, est représentée au Teatro de la Victoria de Buenos Aires. Composée par le musicien et chanteur hispano-argentin Santiago Ramos, la pièce contient une chanson, Tomá mate, che, considérée aujourd'hui comme le premier tango chanté de l'histoire.

Tango de Markowski (1854) reconstitué par D. Filimonov

Habanera: La Paloma de Sebastian Iradier (1860)

Candombé Milonga par le Central Ave Dance Ensemble

Payada (extrait du Martin Fierro de Leopoldo Torre Nilsson)

S'élabore ainsi dans les classes populaires, entre 1870 et 1890, une nouvelle musique et une nouvelle danse métissée spécifiquement argentino-uruguayenne: la milonga, qui donnera naissance vers 1890-1900 au tango argentin. Notons que, de toutes les influences de danses alors existantes, seules la valse viennoise et la polka sont des danses de couple où l'homme et la femme dansent face à face, le bras droit de l'homme enlaçant la taille de la femme et sa main gauche tenant sa main droite. La milonga naissante intègre cette structure de danse de couple, mais en supprime la chorégraphie pour laisser place à l'improvisation tout en rapprochant les corps par l'abrazo (étreinte, enlacement).

Dans les cours des conventillos ou aux coins des rues, les hommes blancs désœuvrés s'exercent aux pas de danse entre eux. Il y a sans doute plusieurs raisons à cela: d'abord le manque chronique de femmes — 75% de la population est masculine —, ensuite la stigmatisation des femmes "honnêtes" qui, en acceptant de danser, passent pour des prostituées, enfin la nécessité pour les hommes de s'entraîner afin d'être admis comme cavaliers par les femmes des tripots. Ils s'inspirent de leurs danses traditionnelles d'origine pour inventer de nouvelles figures. Comme les noirs imitent et parodient les danses des blancs, les blancs font de même pour les danses picaresques locales et surtout pour les danses cadencées des noirs. Cela donne la milonga canyengue ("cadence" en dialecte d'origine africaine), qui devient ainsi le premier véritable style de tango dansé.

1880-1890

Le candombé donne le motif de la milonga candombé rythmée par les percussions, la habanera cubaine apporte sa suavité et son rythme 2/4, les payadas alimentent la mélodique milonga campera (rurale) ou milonga pampeana à la guitare, les danses créoles génèrent la milonga criolla, etc. Ces versions héritées des multiples danses et musiques de l'époque fusionnent et s'enrichissent mutuellement pour aboutir finalement dans les années 1880-1890 à la milonga porteña (milonga de Buenos Aires).

Le soir, dans les lupanars et autres tripots qui fleurissent dans les faubourgs et dans les zones mal famées du port et des abattoirs de Buenos Aires, marins, gauchos, soldats, dockers, bouchers et autres mauvais garçons de toutes nationalités et de toutes professions se retrouvent. Tous passent la nuit à boire, à jouer, à frimer et à danser la milonga avec les filles de joie au son des organitos (orgues de barbarie) ou de petits orchestres improvisés avec piano mécanique, violon et guitare. C'est dans ces lieux de débauche que naît le tango dit orillero, le tango des orillas, à la fois mélange des pas de la milonga canyengue et de nouvelles figures chorégraphiques à connotation sexuelle: la coupe (Corte), la cassure (Quebrada), etc., qui scandalisent la bonne société puritaine du centre-ville.

Au cours de ces nuits émaillées de querelles, les premiers milongueros (danseurs de tango) expriment leur machisme et leur virilité mais aussi par moments leurs sentiments d'exil et de nostalgie, leurs peines de coeur et leurs désirs inassouvis. Progressivement, ils vont développer, codifier et complexifier les pas assez simples et rapides ainsi que les rythmes plutôt marqués et enjoués de la milonga pour donner naissance au tango argentin, un nouvel art typiquement portègne du pas de deux et de l'abrazo enrichi de figures lascives.

Vers 1880, apparaissent les premiers tango-milongas et tango-criollos aux couplets naïfs en lunfardo (argot des faubourgs portègnes), évoquant pour la plupart les mœurs sexuelles. Citons quelques titres expressifs: Deux coups sans sortir, Secoue-moi la boutique, Un coup bien tiré, El Queco (Le bordel), La Concha de la lora (La chatte de la pute, qui sera renommé plus tard La clara de la Luna), Concha sucia (la moule sale, renommé Cara sucia en 1937 par Francisco Canaro), Cachucha pelada (La chatte pelée), Dame la lata (Donne-moi le jeton, le jeton étant le numéro remis par la mère maquerelle au client qui louait les services d'une prostituée) ou encore le célèbre El Choclo (L'épi de maïs d'Angel Villoldo, métaphore du sexe masculin et en outre objet courant de sodomisation des prisonniers). Parmi les principaux compositeurs de cette période citons Juan Pérez (Dame la lata, 1880) et Augustin Bardi, mais beaucoup d'auteurs de ces premiers tangos sont restés anonymes ou ont été plagiés plus tard par d'autres musiciens.

1890-1900

À partir de 1890, le tango connaît un essor exponentiel. Il sort des quartiers périphériques mal famés et commence à gagner le centre-ville de Buenos Aires. Des bailetins s'organisent un peu partout aux coins des rues, dans les trinquetes (sombres cafés flanqués d'une piste de danse), dans les academias de bailes (salles de danse) ou dans les peringundines (bastringues), sortes de guinguettes de mauvaise réputation qui commencent à s'installer en nombre dans le parc de Palermo. Le mythique café "Chez Hansen", popularisé par les tangos et les films du cinéaste Manuel Romero (Los muchachos de antes no usaban gomina, Noches de Buenos Aires,…), est l'un des plus appréciés de l'époque. Plusieurs quartiers participent à la gestation du tango: La Boca, Palermo, San Telmo, Balvanera, Monserrat, etc… Tout ce que la zone compte de guapos (gouapes), compadritos (voyous, petits caïds) et autres cafishios (proxénètes) qui s'expriment en lunfardo, quand ce n'est pas tout simplement à coups de couteau, se réunit dans ces lieux de brassage et de détente propices aux rencontres et à tous les bons coups. Certains cajetillas ou niños bien, c'est-à-dire des fils de bonne famille tout prêts à s'encanailler dans les bas-fonds pour s'offrir des prostituées, commencent à s'approprier la danse et à l'introduire dans les maisons closes bourgeoises.

À côté des chinas (métisses d'origine indigène ou africaine), les entraîneuses et les prostituées travaillant dans les bastringues et les maisons closes sont pour la plupart des grisettes parisiennes ou des juives polonaises victimes des filières — notamment juives — de la fameuse "traite des blanches" (lire à ce sujet Le Chemin de Buenos-Aires d'Albert Londres, 1927). Notons que ces lieux de danse mal famés, mi-bordels mi-cabarets, portent alors souvent les noms des mères maquerelles françaises qui les dirigent. On les retrouve dans les titres de plusieurs tangos.

Traite des blanches Zwi Migdal

Proxénètes membres de la mafia juive la Varsovia, alias Zwi Migdal, arrêtés le 20 août 1929. Zwi Migdal organisait un important trafic de femmes juives d'Europe centrale vers Buenos Aires.

Les organitos et les musiciens ambulants diffusent la musique dans les rues. De l'autre côté du fleuve, à Montevideo, les academias, à moitié maisons closes et salles de danse qui deviendront plus tard des salles d'enseignement du tango, fleurissent en nombre dans les quartiers de Goes et de la rue Yerbal.

1900-1910

À partir de 1900, le staccato-picado de la flûte et de la guitare disparait peu à peu en même temps que les trios de musiciens. Les premiers orquesta tipica criolla (orchestres créoles typiques) de la Vieille Garde apparaissent sur les estrades, introduisant une tonalité musicale plus sombre et plus mélancolique. Le bandoneon, petit orgue portatif au son plaintif inventé vers 1850 par l'allemand Henrich Band, s'impose dès lors comme l'instrument majeur du tango, lui donnant sa ligne mélodique et un son reconnaissable entre tous. Le piano, lui, remplace progressivement la guitare et donne avec la contrebasse le nouveau rythme binaire. La danse se codifie petit à petit en générant des figures de plus en plus sophistiquées.

Bien que la plupart des musiciens soient autodidactes, un nouveau répertoire plus élaboré que celui de la milonga et précurseur d'un rythme musical plus lent (de 2/4 on passera à 4/8) apparaît. C'est celui de la Guardia vieja (Vieille Garde), qui sera représentée au XXe siècle par des chefs d'orchestres comme Francisco Canaro, Juan Maglio "Pacho" et Roberto Firpo entre autres. La Guardia vieja offre les premiers grands tangos aujourd'hui encore universellement connus: El Entrerriano (première partition de tango enregistrée sur disque) composé en 1897 par le pianiste afro-argentin Rosendo Mendizabal, Don Juan d'Ernesto Ponzio en 1898, El Esquinazo (La Sérénade) et El Choclo (L'épi de maïs), écrits respectivement en 1902 et 1903 par le chanteur guitariste Angel Villoldo, ou encore La morocha (1905) d'Angel Villoldo et Enrique Saborido, qui deviendra dans la décennie suivante le premier grand succès du tango canzione (tango chanté).

Au tout début du XXe siècle, l'ensemble du petit peuple portègne des exclus et des miséreux en tous genres se retrouve dans cette nouvelle culture tango, danse et musique, qui unifie leur diversité.

Canción Proletaria du payador anarchiste Socrates Figoli (1906)

Don Juan d'Ernesto Ponzo (1898) par l'Orquesta tipica criolla Vicente Greco (1910)

II — L'âge d'or, 1910-1950

À partir de l'Exposition Universelle de 1900, de nombreux argentins aristocrates et/ou fortunés effectuent chaque année de longs séjours à Paris. Avec les marins argentins accostant dans les ports français, ils auraient propagé dans la France de la Belle Époque les premières partitions de tango, dont notamment El Choclo d'Angel Villoldo et La Morocha d'Enrique Saborido. En 1907, des producteurs de disques pour phonographes, accompagnés de musiciens de la génération dite de 1910 — Angel Villoldo, Alfredo Gobbi, Eduardo Arolas,… —, arrivent à Paris pour effectuer des enregistrements de tangos. Ils sont suivis d'une vague de musiciens et de danseurs argentins qui se produisent bientôt dans les théâtres et les cabarets parisiens. Parmi eux, citons Bernabe Simarra, surnommé "El Rey del Tango", qui arrive à Paris en 1911 et gagne, avec sa partenaire Maria la Bella, le championnat du Monde de tango organisé en février 1914 au Nouveau Cirque de Paris. Casimiro Aïn, arrivé lui en 1913, se produit à Pigalle au Moulin Rouge et au cabaret "El Garrón". Les milieux parisiens cosmopolites avides de culture exotique et de sensualité latine se les disputent pour prendre des cours de ce "tango" qui, quoique jugé indécent et mis à l'index par l'archevêque de Paris, fait fureur dans les salons à la mode.

1910-1920

En 1911, Le Figaro écrit: "Ce que nous danserons cet hiver sera le tango argentin, une danse gracieuse, ondulante et variée." Le 25 octobre 1913, l'écrivain Jean Richepin prononce en séance publique des cinq Académies de l'Institut de France un éloge intitulé "À propos du tango". De grandes personnalités, artistes et/ou vedettes de l'époque tels Mistinguett, Jean Cocteau, Maurice Chevalier, Raymond Poincaré, etc…, s'y intéressent. Les "thés-tango" avec cours de tango, de 16 à 19 heures, se multiplient, ainsi que les bals en soirée. Un train Paris-Deauville prend le nom de "tango", ainsi qu'une couleur (orange) et un coktail bière-grenadine. Coiffures, chapeaux, robes, chaussures et jupes-culottes fendues participent de la mode vestimentaire "tango" chroniquée par les magazines féminins. Après les articles de presse, les premiers livres à succès et les manuels de danse sont publiés. Malgré l'opposition plus ou moins virulente de certains milieux réactionnaires politiques, militaires, médicaux, mais surtout religieux — l'Eglise interdit la pratique du tango dans onze villes françaises —, une véritable tangomania s'empare de Paris et bientôt de toutes les capitales européennes: Berlin, Saint-Petersbourg, Madrid, Londres, Rome, Vienne,…

La Grande Guerre de 14-18 interrompt provisoirement, mais ne stoppe pas, la vague du tango argentin. Aux Etats-Unis, le New york Times affirme dès 1914: "Tout New York en folie tourbillone au rythme du tango." L'acteur italien Rudolph Valentino commence sa carrière comme danseur de tango avant de connaître un immense succès au cinéma. Ses films, tels Les 4 cavaliers de l'Apocalypse, comportent toutefois des scènes de tango très caricaturales. Moins hollywoodiens et plus modestes, des comédies musicales, des bals et des "thés tango" sont organisés dans les salons chics un peu partout aux Etats-Unis.

Avec l'internationalisation du tango, de grands changements interviennent également en Argentine. En février 1910, le journal portègne El Diario, reflétant l'opinion de la classe bourgeoise bien-pensante, lance encore une dernière charge contre le tango, fustigeant les "contorsions obscènes" des compadritos dans les maisons closes. Mais les derniers échos venus d'Europe font comprendre que le tango est désormais à la mode partout, et notamment dansé dans les salons de la bonne société parisienne qui rafole des si typiques tangos et valses criollos.

Le succès mondain parisien et international change la donne à Buenos Aires. En 1911, s'ouvre le cabaret tango "L'Armenonville", nommé ainsi en référence à un restaurant parisien élégant du Bois de Boulogne. Carlos Gardel et de nombreux orchestres s'y succèderont jusqu'en 1920. Le futur célèbre danseur de tango Ovidio José Bianquet, dit "El Cachafaz", crée pour sa part en 1913 son Academia de Baile. Il y donne des cours de tango à la très mondaine épouse du baron Antonio de Marchi, lui-même grand amateur (il est notamment l'organisateur, en 1912, de la première grande fête du tango au Palais de Glace, qui deviendra un des plus hauts lieux du tango à Buenos Aires). L'industrie du disque commence à produire et diffuser massivement les enregistrements de tango. Les orquestra tipica argentino, promus en sextuor par l'immigré uruguayen Francisco Canaro avec piano, violons, bandonéons et contrebasse, commencent à investir les salles de bals et de spectacle. La programmation musicale traditionnelle comprend désormais les trois genres reconnus et acceptés par les milongueros: des tangos argentins, des milongas et des valses argentines. Anobli par son détour parisien, le tango perd ainsi peu à peu son caractère sulfureux en même temps que l'aspect provocant du canyengue dansé. Il devient respectable pour la bourgeoisie portègne qui l'accepte désormais dans ses salons chics et ses écoles de danse. Une nouvelle ère s'ouvre à lui.

Tu diagnóstico, valse créole chantée de José Betinoti (1913)

Producteurs, chanteurs et musiciens professionnels se mettent dès lors à créer, interpréter et diffuser en nombre de nouveaux tangos. Des chansons structurées apparaissent, le plus souvent influencées par les mélodies sentimentales des nombreux immigrants napolitains qui alimentent la grande vague du tango canzione des années 1910-20. Référence en la matière, Pascual Contursi écrit en 1915 les paroles de Mi Noche Triste sur un air composé l'année précédente par Samuel Castriota. La chanson devient l'une des plus célèbres du répertoire tango après son interprétation et son enregistrement deux ans plus tard par Carlos Gardel. Les références paillardes disparaissent peu à peu des textes des chansons et les poètes commencent à écrire des paroles de chansons de qualité sur les principaux thèmes du tango (la nostalgie, l'exil, la perte, la solitude, l'amour perdu, la déchéance, la trahison, Buenos Aires, Paris,…). Citons parmi les paroliers qui deviendront célèbres au cours des années et décennies à venir: Pascal Contursi, Alfredo Le Pera, Homero Manzi, José Gonzales Castillo et son fils Catulo Castillo, Enrique Santos Discépolo ou encore Enrique Cadicamo.

1920-1930

Une période de transition s'amorce pendant les "années folles" (1920-29), en parallèle à l'essor du jazz. La musique improvisée aux structures simples de la Guardia vieja laisse progressivement place à un tango plus riche et plus savant. Ce changement de tonalité, ajouté à l'agrandissement des orchestres, conduit à une nouvelle évolution dans l'histoire musicale du tango: l'avènement de la Guardia nueva (Jeune Garde) qui sera représentée par des musiciens tels que Juan D'Arienzo, Julio De Caro, Osvaldo Fresedo, Osvaldo Pugliese et bien d'autres.

Certes, la génération de la Guardia vieja continue à composer jusque dans les années 1920, Francisco Canaro et Roberto Firpo lui restant fidèles, mais déjà deux nouveaux chefs d'orchestre se détachent: le violoniste Julio de Caro et le bandonéoniste Osvaldo Fresedo qui, forts de leur formation classique, inventent de nouveaux effets musicaux. En 1916, le pianiste et chef d'orchestre Roberto Firpo s'inspire d'une marche pour étudiants, composée par le jeune pianiste uruguayen Gerardo Mattos Rodriguez, pour créer ce qui deviendra le tango le plus célèbre de tous les temps: La Cumparsita (La petite fanfare). Pascual Contursi le mettra plus tard en paroles et la voix de Carlos Gardel fera connaître dans le monde entier ce chef-d'œuvre qui clôt magistralement la période de la Guardia vieja.

La Cumparsita de Gerardo Matos Rodriguez, arrangements de Roberto Firpo (1916)

Les orchestres s'agrandissent et comptent désormais une douzaine de musiciens, parfois plus, avec des chanteurs. Des associations de droits d'auteur (Sadaic, Agadu) sont fondées et les musiciens de tango se professionnalisent. Dans l'entre-deux-guerres, de nombreux grands orchestres et musiciens argentins — Francisco Canaro, Manuel Pizarro, Bachicha, Eduardo Bianco,… — viennent régulièrement en tournée ou s'établissent durablement à Paris. Cabarets et salles de bals foisonnent dans la capitale française: le Pigall's, El Garron, le Palermo, le Florida, L'Aiglon, le Luna-Park, le Bal Bullier, le Magic-City, l'Ermitage, le Sans Souci, La Coupole (qui restera un haut lieu du tango parisien de 1928 à 1960), etc. Professeurs de tango, musiciens, compositeurs et chanteurs — entre autres Carlos Gardel qui connaît un triomphe au théâtre "Fémina" en 1928 avant de s'installer à demeure au "Florida" puis de chanter à l'Opéra de Paris — effectuent aussi des séjours plus ou moins long dans ce qui est la deuxième capitale du tango après Buenos Aires, la maîtresse et l'épouse comme disent les argentins. On dénombre aujourd'hui plus de 300 tangos évoquant Paris à cette époque.


Biographie de Carlos Gardel
Carlos Gardel
Carlos Gardel
(1890-1935)

Carlos Gardel — de son vrai nom Charles Romuald Gardes — est devenu une figure mythique du tango argentin. Né, selon les versions, le 11 décembre 1887 en Uruguay, ou plus probalement le 11 décembre 1890 en France, décédé dans un accident d'avion lors d'une tournée à Medellin (Colombie) le 24 juin 1935, il a sans conteste été le premier chanteur à populariser le tango lors de ses tournées dans le monde entier. Ses millions de fans affirment qu'il "chante encore, et de mieux en mieux chaque jour". Immortalisé en smoking et tenues de dandy, un large sourire aux lèvres, le "Magicien" disparu à seulement 44 ans reste aussi le symbole de l'insouciance des années folles, des blondes platinées et du monde agité des courses hippiques dont il avait la passion. Il a gagné beaucoup d'argent et en a perdu autant, se disant "victime de chevaux lents et de femmes légères".
Effectuant la transition entre la chanson créole et le tango canzione, les quelques 1.500 chansons et 900 disques qu'il a enregistrés ont été écoutés sur le continent américain, en Europe et jusqu'en Asie. Les vieux enregistrements vinyles de ses chansons et la vingtaine de films qu'il a tourné aux Etats-Unis, en France et en Argentine, font aujourd'hui le bonheur des collectionneurs et contribuent toujours à forger sa réputation de latin lover. La vie sentimentale de ce baryton à la voix chaleureuse qui devînt un temps obèse (118 kilos en 1916) et dut se soumettre à des séances de gymnastique et de pelote basque pour récupérer son physique avantageux, a été émaillée d'aventures avec des actrices, des demi-mondaines et même des millionnaires de la Jet-Set internationale. Ses succès lui ont valu une multitude de surnoms admiratifs comme "Le Magicien" ou "La grive créole", ou parfois ironiques comme "Le Métis", "El Francesito" ou encore "Le Brun de l'Abasto" (un quartier de Buenos Aires où il a grandi). Ils continuent d'alimenter la polémique sur son lieu de naissance. Buenos Aires (Argentine) et Montevideo (Uruguay) affirment en effet chacun de leur côté que le plus célèbre interprète et compositeur de tango est un fils du pays.
Pour les Argentins, il est né le 11 décembre 1890 à Toulouse sous le nom de Charles Romuald Gardès avant de débarquer avec sa mère célibataire Berthe Gardès à Buenos Aires, où il a plus tard pris le nom de scène de Carlos Gardel. Les Uruguayens mettent eux en avant des documents — dont des déclarations de Gardel lui-même — sur sa naissance en 1887 à Tacuarembo (nord du pays) et sur son adoption par une prostituée nommée Berthe Gardès.

Acte de naissance de Carlos Gardel

Acte de naissance de Charles Romuald Gardès (Archives municipales de Toulouse).

Une chose est certaine: Carlos Gardel a donné son dernier concert à Bogota (Colombie) et sa mort prématurée lui a évité la décadence de l'âge, fixant à jamais son timbre de voix dans la mémoire collective. Sa tombe au cimetière de la Chacarita à Buenos Aires, surmontée de sa silhouette de bronze, en frac et fumant la cigarette, est aujourd'hui un lieu de pèlerinage visité avec une ferveur quasi-religieuse par des foules de Latino-Américains, d'Européens et de Japonais qui y déposent offrandes et ex-votos. Et le mythe Gardel est tout aussi vivace à Bogota, où un musée (La Casa Gardeliana) a été érigé autour d'un fauteuil de barbier où il fût un jour rasé. Il en va de même dans la petite ville de Tacuarembo, son lieu supposé de naissance, où un musée qui lui est consacré attire chaque année des dizaines de milliers de visiteurs.

Volver, composé par Alfredo Le Pera et interprété par Carlos Gardel (1935)


1930-1940

Vers 1930, les danses musettes françaises à l'accordéon commencent à intégrer une version simplifiée du tango argentin, de même que les danses de compétition. Celles-ci incorporent des catégories dites "internationale" et "américaine" du tango héritées des films de Rudolph Valentino, standardisées par le professeur de danse américain Arthur Murray et développées dans les écoles de danse anglaises. La posture, l'abrazo et la "connexion" des danseurs n'a rien à voir avec celles du tango argentin des bals populaires. Ce "tango de salon" de compétition ne doit pas non plus être confondu avec le style de danse du tango argentin appelé "tango salon", développé à Buenos Aires dans les années 1940.

La crise financière de 1929, le coup d'Etat de 1930, la concurrence du jazz et de la culture américaine, la crise sociale et la récession économique de la Grande Dépression, provoquent une petite disgrâce momentanée du tango en Argentine au début des années 1930, mais son succès international qui ne se dément pas, et l'apparition sur scène de nouveaux chefs d'orchestre de grand talent, tels entre autres Juan D'Arienzo ou Rodolfo Biagi, lui redonnent de la vigueur. Après les années de tango canzione, le tango revient à la danse avec des rythmiques plus marquées et plus puissantes. Le musicien Sebastian Piana compose plusieurs milongas poétiques d'un nouveau genre mises en parole par Homero Manzi: Milonga del 900 (1930), Milonga sentimental (1932), Milonga triste (1937), la milonga-candombé Aleluya, etc.

Les anciennes valse-criollos, inspirées des valses européennes à trois temps (valse viennoise, valse musette,…) mais dansées plus lentement et sur un rythme syncopé avec ochos (huits) et giros (tours), forment un genre à part, celui de la valse argentine ou valse tango. Desde el Alma (Du fond de l'âme), composée en 1917 par Rosita Melo, première grande compositrice argentino-uruguayenne du tango, est l'une de ces valses à succès de la période romantique des années 1925-35. Le poète Victor Piuma Vélez, mari de Rosita Melo, en écrit les paroles (il sera suivi par Homero Manzi en 1948). Les plus grands orchestres interpréteront et enregistreront tous Desde el Alma qui reste aujourd'hui encore très populaire.

Desde el alma, valse argentine composée en 1917 par Rosita Melo, chantée ici par Nelly Omar en 1970.

1940-1950

Pendant les années 1940, apogée de l'âge d'or du tango, on compte à Buenos Aires plus de 1200 bals et environ 600 orchestres actifs. Outre le piano et la contrebasse, les orchestres typiques comptent désormais sur scène quatre bandonéons et quatre violons. Certains de ces orchestres sont devenus aujourd'hui mythiques. Citons entre autres ceux de Francisco Canaro (qui se lance dans le tango symphonique et surtout les grands spectacles-revues de tango), Annibal Troilo ("l'âme du bandonéon"), Juan d'Arienzo ("le roi du compas", qui régnera pendant longtemps sur le cabaret "Chanteclerc" de la rue Corrientes), Carlos di Sarli ("El señor del tango"), Alfredo de Angelis, Osvaldo Pugliese, Julio de Caro, Florindo Sassone, Miguel Calo, Roberto Firpo, Horacio Salgan, Lucio Demare, Francini-Pontier, Juan de Dios Filiberto, Francisco Lomuto, Edgardo Donato, Rodolfo Biagi, Ricardo Tanturi, Pedro Laurenz, Osvaldo Fresedo, Angel D'Agostino, etc. Des chanteurs et des acteurs émergent aussi, dont la célèbre Tita Merello qui tournera dans une quarantaine de films. Elle jouira d'une énorme popularité avec sa version féministe chantée de la milonga "Se dice de me" (musique composée en 1943 par Francisco Canaro et paroles écrites en 1955 par Ivo Pelay pour le film Mercado de abasto de Lucas Demare).

Se dice de me, chantée par Tita Merello dans le film Mercado de abasto réalisé en 1955 par Lucas Demare (version colorisée).

Les centaines de clubs de quartier de la ville, les gigantesques bals des faubourgs ouvriers et même les stades accueillent quotidiennement des milliers de danseurs. Avec l'arrivée au pouvoir de Juan Perón (président de l'Argentine de 1946 à 1955, puis de 1973 à 1974), le tango est d'abord censuré — on prohibe le lunfardo et toute chanson "indécente" — puis fortement encouragé: le gouvernement populiste de Juan Perón et de sa femme Eva Perón (surnommée "Evita") en font même la musique nationale argentine. Le pays bénéficie en effet à plein des retombées économiques générées par cet âge d'or du tango, tant au niveau des industries culturelles (cabarets, radio, cinéma, disques,…) que du tourisme naissant. Les plus grands paroliers de l'époque (Castillo, Manzi, Discépolo,…) se convertissent au péronisme.


Biographie d'Osvaldo Pugliese
Osvaldo Pugliese
Osvaldo Pugliese
(1890-1935)

Osvaldo Pugliese, le plus populaire chef d'orchestre argentin des années '40, continue d'enchanter l'univers du tango. Qui est-il vraiment ? il est né le 02 décembre 1905 à Buenos Aires. Son père Adolfo Pugliese, modeste ouvrier, est flûtiste amateur dans de petits ochestres de tango. Il lui communique les premiers rudiments d'un apprentissage musical que le futur maestro poursuivra bientôt dans un petit conservatoire de quartier, se consacrant notamment à l'étude du piano. Osvaldo Pugliese débute véritablement sa carrière professionnelle à l'âge de quinze ans, jouant d'abord dans un café des faubourgs, puis dans des cinémas où il accompagne au piano les films muets de l'époque.
En 1924, il intègre le quatuor du bandonéoniste Enrique Pollet et compose un premier tango qui restera comme l'un des plus beaux et les plus innovants du XXe siècle, Recuerdo (Souvenir). Il joue ensuite dans plusieurs orchestres, dont ceux de Pedro Maffia, Roberto Firpo et Francisca "Paquita" Bernardo, la première femme bandonéoniste de l'histoire du tango. En 1929, il fonde son premier orchestre avec le violoniste Elvino Vardaro. Ce premier sexteto est dissout au bout de quelques mois mais il sera rapidement reformé avec plusieurs nouveaux jeunes musiciens de talent comme Anibal Troilo, Alfredo Gobbi fils et Ciriaco Ortiz. Les années '30 voient Osvaldo Pugliese participer à titre de pianiste dans de nombreuses formations majeures de l'époque telles que, entre autres, celles de Roberto Firpo, Miguel Calo, Alfredo Gobbi, Daniel Alvarez ou encore Pedro Laurenz. Il crée un nouvel ensemble qui connaît un véritable triomphe le 11 août 1939 au café El Nacional. Composé d'excellents musiciens et chanteurs, l'orchestre d'Osvaldo Pugliese est définitivement lancé. Il deviendra le plus populaire des années '40 et fera danser tout Buenos-Aires jusqu'au milieu des années '50, attirant quotidiennement des milliers de danseurs dans les centaines de clubs de la ville ou dans les gigantesques bals des faubourgs ouvriers. Mais le Pugliese pianiste et chef d'Orchestre tipica est aussi compositeur.
En 1946, il enregistre La Yumba, sans doute le plus connu de ses tangos, reconnaissable entre tous avec sa célèbre onomatopée à deux temps — "Yum-Ba", "Yum-Ba" — que le chef scandait pour donner la mesure à ses musiciens. Là aussi, plus de vingt ans après Recuerdo, il s'agit d'un tango majeur particulièrement original et innovant représentatif des thèmes pugliesiens. Les principales compositions des années suivantes, en particulier Negracha et Malandraca, seront basées sur le même modèle. À partir du milieu des années '50, la ferveur populaire pour les bals et les grands orchestres de tango disparaît progressivement. D'autres musiciens tels Astor Piazzolla prennent le relais sur d'autres plans créatifs et c'est le début du Nouveau Tango, peu fait pour la danse. L'orchestre Pugliese commence dès lors à tourner hors d'Argentine, notamment en URSS, en Chine, et plus tard au Japon qui lui fera un triomphe. Des scissions importantes interviennent dans son groupe. 1968 voit le départ des bandonéonistes Victor Lavallen et Osvaldo Ruggiero (à ses côtés depuis 1939), du violoniste Oscar Herrero et du pianiste Julian Plaza. Ces derniers formeront ensemble les célèbres orchestres Sexteto Tango et Sexteto Mayor. Osvaldo Pugliese est un disciple des grands rénovateurs de l'école de Julio de Caro, Pedro Maffia et Pedro Laurenz. Son oeuvre musicale opère un changement fondamental dans le tango — celui d'après Pugliese n'est plus celui d'avant — mais la tranformation s'est passée en douceur et dans la continuité de la tradition.
Le moment Pugliese est une sorte de charnière réunissant sous une nouvelle forme ce qu'il y a de meilleur entre l'ancien tango classique chanté issu de la Guardia vieja et renouvellé par la plupart des grands musiciens de la Guardia Nueva, et le Tango Nuevo moderne purement instrumental qui s'est largement inspiré de ses créations. La profondeur, la dramatisation et la sensualité des sonorités, la virtuosité des variations, des répétitions, des changements de ton, des cassures de ligne et des syncopes, la force du rythme — contrasté avec la mélodie mais superposé sur un autre plan et fortement accentué pour inciter à la danse —, le "swing" du piano toujours mis en avant, et toute la richesse et l'originalité des multiples et divers arrangements (par exemple cette note finale en sol suivi d'un long do ténu qui conclut chacun de ses tangos) font de la musique pugliesienne un moment d'émotion inoubliable pour tous ceux qui l'écoutent ou qui, plus encore, la dansent. Si une partie de son oeuvre, notamment celle où interviennent des chanteurs certes de grand talent mais excessivement sentimentalo-larmoyants, passe un peu moins bien aujourd'hui que dans les années '40, il n'en reste pas moins que le son de ses grands titres des derniers enregistrements est encore parfaitement actuel au XXIe siècle. Son oeuvre est plus que jamais présente dans les répertoires des nouveaux groupes, y compris d'avant-garde, et sur les platines des milongas du monde entier. Les inoubliables Yumba, Desde el Alma et autres Recuerdo révèlent l'esprit même du tango, ce tango éternel qui ne serait que Temps pur selon Jorge Luis Borges.
Osvaldo Pugliese n'est pas qu'un musicien génial du tango argentin. Tout au long de sa vie, il a aussi oeuvré à plus de justice sociale, luttant contre le fascisme et s'engageant de façon active auprès du Parti Communiste argentin. Il est le premier à organiser syndicalement sa profession et à tenter de faire valoir les droits des artistes, créant par exemple une caisse de retraite pour les vieux musiciens. Les orchestres qu'il crée et dirige sont eux-mêmes organisés sous forme de coopératives où chaque membre reçoit une rémunération égale. Cet engagement politique lui vaut l'engouement reconnaissant du petit peuple qui se rend à ses bals mais aussi les multiples tracasseries d'un régime péroniste qui le censure, l'arrête et l'emprisonne à plusieurs reprises. Même après la chute de Perón en 1955, le pouvoir continue de le persécuter pour ses opinions farouchement communistes. Pendant les séjours en prison du maître, ses musiciens jouent avec un oeillet rouge posé sur le piano pour signifier qu'on ne l'oublie pas. Après un tardif hommage officiel qui lui est enfin rendu pour la seule et unique fois au Théâtre Colon de Buenos-Aires en 1985, c'est-à-dire seulement au terme de sa carrière, le grand maestro quitte la scène le 25 juillet 1995, à l'âge de 90 ans.

La Yumba d'Osvaldo Pugliese en 1948 (Osvaldo Pugliese au piano)


III — Le déclin et la renaissance, 1950-1980-aujourd'hui

Brève histoire du tango argentin — III : Le déclin et la renaissance, 1950-1980-aujourd'hui
À suivre ………

IV — Annexe: Playlist de tango argentin

 
Copyright © Noël Blandin,
mardi 27 juillet 2021

 
 

       
Copyright © Noël Blandin / La République des Lettres
Paris, mardi 27 juillet 2021