Jerome K. Jerome

Jerome K. Jerome
Jerome K. Jerome

Biographie

Écrivain anglais, Jerome Klapka Jerome est né à Walsall (Staffordshire, Royaume-uni) le 2 mai 1859. Son second prénom vient de George Klapka, général hongrois en exil ami de sa famille.

En 1862, son père est ruiné à la suite d'investissements malheureux dans une mine de charbon. Il part s'installer comme quincailler à Londres mais la famille tombe progressivement dans la pauvreté.

Jerome K. Jerome suit des études au lycée St Marylebone Grammar School de Londres. Orphelin de père à l'âge de treize ans, puis de mère à l'âge de quinze ans, il doit subvenir seul à ses besoins à partir de 1873. Il tâte de différentes professions: employé à la compagnie des Chemins de Fer, maître d'école, acteur dans de petites troupes de théâtre, secrétaire puis journaliste indépendant. Ambitionnant une carrière littéraire ou politique, il lit beaucoup, fréquente les théâtres et commence à écrire des articles et des nouvelles.

En 1885, le magazine The Play publie ses articles sur le théâtre. Il les rassemble dans un premier recueil, Sur Scène et en coulisse (1885). En 1886 paraissent Les Pensées paresseuses d'un paresseux, premier petit succès de librairie. Il rédige régulièrement une chronique d'échos pour le magazine Home Chimes. Passionné par le théâtre, il réussit à faire représenter en 1886, au Gabe Theatre, une comédie en un acte, Barbara, suivie de quelques autres qui ne rencontreront toutefois pas le public londonien.

En 1888, il épouse Georgina Henrietta Stanley dont il aura une fille. Ils passent leur lune de miel en bateau sur la Tamise.

En 1889, paraît son Éloge de ma paresse, suivi la même année de Trois hommes dans un bateau, sans compter le chien !, où se manifeste son humour très original. Publié d'abord en feuilleton dans le Home Chimes sous le titre L'Histoire de la Tamise, le texte est ensuite remanié pour paraître en volume sous son titre définitif. Le livre devient un best-seller et son auteur subitement célèbre. Des éditions pirates tirées à plusieurs millions d'exemplaires sont diffusées dans le monde entier.

Trois hommes dans un bateau relate le périple de trois amis employés de bureau, Harris, George et l'auteur. Ayant décidé qu'ils avaient besoin de vacances, ils passeront une quinzaine de jours à vivre une vie saine et fruste dans un canot en ramant sur la Tamise. Accompagnés d'un fox-terrier, ils traversent des zones industrielles, des sites pittoresques, des lieux historiques, et arrivent enfin à Oxford où commence leur voyage de retour, moins pénible car ils sont poussés par le courant. Mais trois jours de pluie continuelle les incitent à quitter leur bateau et à prendre le train pour Londres, où ils ne seront pas fâchés de reprendre leur vie normale. Certaines scènes de ce chef-d'œuvre de l'humour anglais sont restées célèbres: l'oncle Podger accrochant un tableau, les deux fromages malodorants transportés par l'auteur dans un train, Harris perdu dans le labyrinthe d'Hampton, ou encore la fermeture laborieuse des valises et les tentatives désespérées pour ouvrir une boîte d'ananas. Le comique est tiré des événements imprévus et des menus faits de la vie quotidienne qui apparaissent sous des aspects inattendus et risibles. L'humour de Jerome K. Jerome s'insère avec bonheur dans l'humour classique à la Dickens mais présage déjà le cinéma et la littérature comique de l'après-guerre. Il n'a pas l'amertume des humoristes de la fin du XIXe siècle: il est ici sans arrière-pensée et accepte le monde tel qu'il est, en mettant l'accent sur l'absurdité des choses les plus ordinaires.

En 1892, Jerome K. Jerome fonde avec Robert Barr et George Brown Burgin, The Idler, revue littéraire mensuelle illustrée qui publie des romans en feuilleton. Co-directeur de la revue, il y publie entre autres des textes de Mark Twain, Bret Harte et William Wymark Jacobs. L'année suivante, il fonde son propre magazine hebdomadaire, To-day. En 1897, à la suite d'un très coûteux procès pour diffamation, il doit vendre les deux journaux qui cessent de paraître.

Il voyage dès lors en Europe, en Russie et aux États-Unis. Il publie entre autres Trois hommes en Allemagne (1900), récit d'un voyage burlesque qui a un énorme succès en Allemagne, et Paul Kelver (1902), roman autobiographique que l'auteur tient pour son œuvre maîtresse.

Il obtient plusieurs grands succès au théâtre, notamment en 1900, avec sa pièce Miss Hobbs, puis en 1908 avec Le Locataire du 3e sur cour. En 1911, il fait jouer Le Maître de Mrs. Chilvers, une pièce polémique sur la question du vote des femmes.

En 1914, il se dissocie de la campagne menée par Rudyard Kipling et H. G. Wells contre l'Allemagne. Le gouvernement anglais l'envoie aux Etats-Unis pour inciter les américains à participer à l'effort de guerre. À son retour, ne pouvant s'engager dans l'armée en raison de son âge, il se rend en France et s'engage comme ambulancier à la Croix-Rouge française. Il revient en Angleterre en 1916.

En 1926, il publie Ma vie et mon temps, un volume de souvenirs où il raconte ses débuts d'écrivain et sa vie d'enfant pauvre à Londres.

Jerome K. Jerome est mort d'une hémoragie cérébrale à Northampton le 14 juin 1927, à l'âge de 68 ans. Il est enterré au cimetière de Ewelm, près d'Oxford.

Jean Bruno,
gmtime

Livres

 

À propos      
Copyright © La République des Lettres, Paris, dimanche 9 août 2020.
Facebook   Twitter   RSS