Suétone

Suétone
Suétone

Biographie

Historien latin, Suétone (Caius Suetonius Tranquillus) est né pendant le règne de Vespasien, vers 70 ou 75 ap. J.-C., en un lieu inconnu, peut-être Hippone en Numidie (aujourd'hui Annaba en Algérie), ou Rome (Italie). Son père, Suetonius Laetus, il nous l'apprend lui-même (Vie d'Othon), est tribun angusticlave dans la Treizième Légion de l'armée romaine.

Adolescent, Suétone se noue d'amitié avec Pline le Jeune qui joue alors un rôle considérable à Rome. Pline le recommande à l'empereur Trajan et obtient pour lui la fonction de tribun militaire en Bretagne (aujourd'hui Angleterre), mais il y renonce et fait transférer ce tribunat à un parent, Caesennius Silvanus (Pline, Lettres, III, 8).

À partir de 101 ap. J.-C., Suétone exerce avec conscience et modestie la profession d'avocat et peut-être également de rhéteur ("grammaticus"). Une lettre adressée à Pline nous le montre angoissé par un songe défavorable concernant un procès qu'il plaide et demande à son ami de faire remettre le jugement. Ce trait de superstition explique l'importance attachée par le biographe aux présages qui annonçant de grands événements dans la vie de ses héros.

Vers 105-106, il travaille à une publication, peut-être le De viris illustribus (Pline, ibid., V, 10), recueil de brèves biographies consacrées à des hommes de lettres.

En 112, Pline, alors gouverneur de Bithynie (actuelle Turquie), demande à Trajan d'accorder à Suétone, qui est marié mais sans enfants, le "ius trium liberorum", un statut spécial réservé aux pères de trois enfants, ce qui lui est accordé.

Vers la fin du règne de Trajan (113 ap. J.-C.), Suétone est nommé secrétaire impérial "a studiis" ("aux études") et secrétaire "a bibliothecis" (aux bibliothèques). Son protecteur et ami Pline le Jeune meurt la même année.

Suétone s'est déjà fait connaître et apprécier par des travaux littéraires variés et s'intéresse de très près à l'histoire. L'empereur Hadrien, historien et lettré lui-même, désire alors se l'attacher. Sur recommandation de son nouveau protecteur, le préfet du prétoire Caius Septicius Clarus, il est nommé en 119 secrétaire "ab epistulis" (c'est-à-dire responsable de la correspondance de l'empereur).

Cette fonction lui donne accès aux archives impériales et lui permettent de consulter et d'utiliser quantité de documents inédits, comme entre autres les lettres d'Auguste et les textes relatifs à l'enfance de Caligula, pour son chef-d'oeuvre en cours de publication: Vies des douze Césars, qui rassemble les biographies des douze premiers empereurs romains. L'ouvrage comprend huit livres, dont les six premiers sont dédiés chacun à l'un des six empereurs de la "gens Julia Claudia": César, Auguste, Tibère, Caligula, Claude, Néron; le septième aux trois empereurs de l'année 69: Galba, Othon, Vitellius; le dernier aux trois empereurs de la famille des Flaviens: Vespasien, Titus, Domitien. La vie de chaque empereur est exposée suivant une formule invariable: généalogie, naissance, événements antérieurs à la montée sur le trône, proclamation; viennent ensuite des épisodes groupés de façon à mettre en lumière le souverain aussi bien que l'homme dans sa vie privée; enfin la mort et les funérailles puis la suite immédiate des événements. Suétone dédie le livre à Septicius Clarus alors que celui-ci est à la tête des cohortes prétoriennes (Jean Lydus, Sur les Magistratures, II, 6).

Cependant, la présence de Suétone à la cour impériale est de peu de durée. Selon l'Histoire Auguste (Historia Augusta, Vie d'Hadrien, 11, 3), il est brutalement disgracié ainsi que son protecteur en 121. Le motif invoqué est un manquement à l'étiquette commis envers l'impératrice Sabine (Vibia Sabina).

Suétone est un auteur fécond qui a traité de sujets divers et varié. Le Lexique de la Souda mentionne un livre sur Les Jeux des Grecs, deux sur les Jeux et spectacles des Romains, un ouvrage sur les paroles de mauvais augure, un autre sur l'année romaine, un traité Des divers vêtements, un Examen des signes employés dans ses livres, une Dissertation sur l'année romaine, un recueil Des poètes, un traité sur De la République de Cicéron. Carisius cite des Œuvres mêlées; Priscien son travail Sur l'institution des magistratures; Servius, dans son commentaire sur Les Bucoliques, son ouvrage Sur les défauts du corps. Saint Jérôme fait allusion aux vies Des hommes illustres et à une étude sur les mœurs et la constitution de la Rome ancienne, ouvrage qu'il convient de rapprocher des trois livres Sur les rois mentionnés par Ausone. De toutes ses œuvres perdues, nous ne possédons que les titres, et il est impossible de préciser dans quelle mesure ils sont indépendants du vaste recueil intitulé Les Prés, où Suétone rassemble une collection de faits sur les phénomènes naturels et la vie humaine. Ses deux principales œuvres publiées sont les fragments de ses Hommes illustres et surtout sa Vie des douze Césars, livre novateur servi par un style précis, clair et tranquille, qui a introduit dans l'histoire biographique une nouvelle méthode et a inspiré de nombreux historiens jusqu'à nos jours.

Après sa disgrâce, Suétone semble ne plus laisser aucune trace. Travailleur érudit probe et austère, il vit sans doute dans une retraite discrète et prudente, occupé à ses travaux de littérature et de recherche historique. Il meurt entre 130 et 150 ap. J.-C., sans que nous sachions la date exacte.

Jacques Brosse,
gmtime

Livres

 

À propos      
Copyright © La République des Lettres, Paris, mardi 29 septembre 2020.
Facebook   Twitter   RSS