Émile Guillaumin

Biographie

Émile Guillaumin
Émile Guillaumin

Écrivain paysan français, Émile Guillaumin est né à la ferme de la Neverdière, à Ygrande (Allier), le 10 novembre 1873.

Il fait en tout et pour tout cinq années d'études primaires à l'école d'Ygrande avant de commencer à travailler dans la petite ferme familiale dès 1886, après sa première communion et son certificat d'études primaires.

En 1892, la famille quitte la Neverdière pour s'installer dans une autre petite ferme appartenant à son grand-père paternel. Située sur la route de Moulins à Ygrande, le lieu est aujourd'hui devenu le musée Émile-Guillaumin.

En 1893-97, il effectue ses années de service militaire obligatoire, en profitant pour lire tout ce qu'il trouve à la bibliothèque de sa caserne. Grand lecteur de romans, notamment ceux de Pierre Loti et de Charles Dickens, il commence lui-même à écrire quelques contes patoisants et poèmes rustiques.

À sa démobilisation, il redevient simple ouvrier agricole à la ferme de son grand-père paternel mais commence à publier articles, contes et poèmes dans La Quinzaine bourbonnaise et dans Le Courrier de l'Allier. Ses premiers ouvrages paraissent bientôt: Dialogues bourbonnais en 1899, Tableaux champêtres en 1901 (prix Montyon 1902 de L'Académie française), et un recueil de poèmes: Ma cueillette en 1903. Après les travaux de la ferme, «à journée faite», il commence à rédiger La Vie d'un simple pendant les veillées et les dimanches de l'hiver 1903-1904.

La Vie d'un simple est le récit biographique romancé, mais profondément réaliste et humaniste, de la vie de Tiennon Bertin, un vieux paysan voisin de ferme de l'auteur. Pour Émile Guillaumin, inspiré par la lecture du Jacquou le Croquant d'Eugène Le Roy, il s'agit alors de "montrer aux messieurs de Moulins, de Paris et d'ailleurs ce qu'est au juste une vie de métayer". Témoin privilégié du monde rural — il est lui-même paysan dans ce terroir bourbonnais et commence déjà à s'engager activement dans le syndicalisme agricole — il rend compte de la vie quotidienne de son personnage, décrivant et analysant très finement la condition paysanne et son évolution dans la région, notamment les relations de domination entre les paysans qui cultivent la terre et leurs «maîtres» propriétaires des fermes. Son émouvant récit constitue un document exceptionnel sur la vie paysanne en France pendant la seconde moitié du XIXe siècle. Publié en 1904, le livre fera d'emblée une très forte impression sur le public. Soutenu par Octave Mirbeau, Lucien Descaves, Charles-Louis Philippe et Daniel Halévy, il manquera de peu le Prix Goncourt. Pour la première fois dans l'histoire de la littérature française la vie rurale se trouve en effet évoquée dans sa sourde réalité par un petit paysan de son état. Avec cette vie d'un simple métayer surgie des profondeurs de la France éternelle à l'aube du XXe siècle, Guillaumin touche le tréfonds du monde paysan et, par là, le peuple français tout entier dans sa force et sa faiblesse.

Avec ses droits d'auteur, Émile Guillaumin achète à proximité de la ferme paternelle trois hectares de terre où il met quelques vaches, porcs et volailles. Il y fait construire une simple petite maison où il passera le reste de sa vie. Il épouse une jeune femme de la région, Marie Chalmin.

À partir de 1905, Émile Guillaumin s'engage dans le militantisme syndical afin de défendre les métayers, les ouvriers agricoles et les petits fermiers contre les grands propriétaires fonciers. Il épaule en particulier Michel Bernard, paysan comme lui, organisateur des premières coopératives paysannes et fondateur à Bourbon-l'Archambault du premier syndicat agricole. Ensemble ils animent le syndicat local, créent la «Fédération des Travailleurs de la Terre du Bourbonnais» qui s'étend à tout le département de l'Allier, et lancent un bulletin trimestriel, Le Travailleur rural, qu'il dirigera jusqu'en 1911. Ses articles de l'époque ont été rassemblés en volume sous le titre: Six ans de luttes syndicales (publication posthume en 1977).

En 1906, paraîssent Albert Manceau adjudant et Près du sol (d'abord en feuilleton dans la Revue de Paris puis en volume chez Calmann-Lévy), et en 1909 La Peine aux chaumières. Rose et sa parisienne est publié en 1907, La Peine aux chaumières (Cahiers nivernais) en 1909, Baptiste et sa femme en 1910, Le Syndicat de Baugignoux, publié en 1911 — sans doute son meilleur livre après La Vie d'un simple —, est pour lui l'occasion de dresser un bilan de l'action syndicale. Lucide, il y évoque les problèmes sociaux et ruraux du début du siècle et retrace le conflit réformisme contre syndicalisme révolutionnaire qui a traversé la «Fédération des Travailleurs de la Terre du Bourbonnais».

Les Mailles du réseau est publié en 1912. La Guerre de 14-18 interrompt ses activités. Émile Guillaumin est mobilisé comme vaguemestre dans l'armée.

Après la guerre, il revient dans sa petite ferme d'Ygrande. Il entame une nouvelle carrière de journaliste spécialisé dans les questions rurales et collabore entre autres à Pages libres, La Revue des Deux Monde, Le Peuple et L'Humanité.

En 1925, paraît Notes paysannes et villageoises. Il reçoit la Légion d'honneur sur proposition du ministre de l'Agriculture.

En 1931 paraît A tous vents sur la glèbe, puis en 1937 François Péron, enfant du peuple (Crépin-Leblond).

Retiré du syndicalisme agricole, il encourage cependant la naissance et le développement dans les années '30 de la «Confédération nationale paysanne», fondée dans l'orbite de la SFIO. En 1940, il est élu maire d'Ygrande mais, refusant de collaborer avec le régime de Vichy, il démissionne dès 1941.

Charles-Louis Philippe, mon ami paraît en 1942. La même année, il est lauréat du prix Sivet de l'Académie française (pour son œuvre poétique) du Prix Sully-Olivier de Serres (pour l'ensemble de son œuvre). Sur l'appui du manche est publié en 1949.

Émile Guillaumin décède à Ygrande le 27 septembre 1951, à l'âge de 77 ans. Il est enterré au cimetière de son village. Son dernier livre, Paysans par eux-mêmes est publié à titre posthume en 1953, suivi de quelques compilations de correspondances, contes et articles divers.

Écrivain, militant syndicaliste, journaliste mais avant tout paysan, dans toute la force du terme, Émile Guillaumin est toujours resté fidèle à son terroir bourbonnais. Il reste l'une des grandes figures rénovatrices du roman rustique français.

Jean Bruno,

Émile Guillaumin : livres disponibles
  1. Émile Guillaumin La Vie d'un simple
 

Librairie   Auteurs   Livres
Copyright © La République des Lettres
Paris, mercredi 28 septembre 2022