Honoré de Balzac

La Peau de chagrin

Honoré de Balzac : La Peau de chagrin
Honoré de Balzac

Avec "La Peau de chagrin", publié en 1831, Balzac commence la série des "Études philosophiques" de "La Comédie humaine". Le jeune marquis Raphaël de Valentin, demeuré orphelin et pauvre, vit hanté par une grande oeuvre qui est sa consolation et son espoir. Il s'agit d'une "théorie de la volonté" inspirée, comme l'action du roman elle-même, par le mesmérisme et l'occultisme. Mais, découragé par l'ampleur de la tâche, il est sur le point de se suicider lorsqu'il rencontre un étrange personnage mi-antiquaire mi-sorcier. Celui-ci lui offre une peau de chagrin qui a le pouvoir de satisfaire tous les désirs de celui qui la possède. Seulement, à la suite de chaque voeu réalisé, la surface de la peau diminue et abrège d'autant la vie de son propriétaire, dont elle est le symbole. Raphaël devient immensément riche, il connaît tous les succès et tous les agréments d'une vie brillante, mais il meurt un an plus tard après une série d'aventures tumultueuses. "La Peau de chagrin" n'est pas vraiment un roman, mais plutôt un conte à demi philosophique, à demi fantastique, qui rappelle quelque peu les contes d'E.T.A. Hoffmann, lequel exerça une grande influence sur les "Études philosophiques". Combinant admirablement le réel et l'imaginaire, Balzac, à travers le thème de la consommation de l'énergie vitale, entend surtout mettre en lumière le contraste entre la volonté humaine et le destin.

 

Librairie   Auteurs   Livres
Copyright © La République des Lettres
Paris, lundi 3 octobre 2022